MESSAGE DU MAIRE
LE CONSEIL MUNICIPAL
SERVICES MUNICIPAUX
RÈGLEMENTS et PERMIS
BUDGET et TAXES
DECHETS et RECYCLAGE
AVIS et SOUMISSIONS
COMMUNIQUÉS
OFFRES D'EMPLOI
ENVIRONNEMENT
ACTIVITÉS À VENIR
     Municipalité de
Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau
 
La plus jeune municipalité
de la Vallée-de-la-Gatineau

L'église de la paroise de Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus a été construite en 1937 et 1938. Photo © Conseil du patrimoine religieux du Québec, Inventaire des lieux de culte du Québec (www.lieuxdeculte.qc.ca)
Ancien barrage du lac Trente-et-un-Milles, démoli et reconstruit en 2010 au coût de 1,35 million $. Ces travaux ont été réalisés afin de le rendre plus sécuritaire pour la population au moment des crues printanières, en plus de maintenir le lac au niveau requis pour la pratique d’activités récréotouristiques et de villégiature. Photo © Infrastructures Québec.

Répertoire du patrimoine culturel du Québec
Le Répertoire du patrimoine culturel du Québec est l'outil de diffusion du Ministère de la Culture et des Communications qui permet de découvrir la richesse du patrimoine culturel québécois en le rendant accessible à tous. Pour consulter le répertoire : cliquez ici >>

Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau a été fondée en 1946, ce qui en fait la plus jeune municipalité de la Vallée-de-la-Gatineau.

Son premier maire fut Omer Talbot, qui a été élu pour trois mandats. Mais le record de longévité à ce poste appartient à Hubert Tremblay, qui fut maire pendant 22 ans, de 1971 à 1993, et qui a aussi été pendant de nombreuses années préfet de la Vallée-de-la-Gatineau.

La municipalité tire partiellement son appellation de la paroisse de Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus érigée en 1933, nom qui évoque la célèbre religieuse sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus (1873-1897), fauchée en pleine jeunesse par une maladie pulmonaire.

La maison paternelle nommée Les Buissonnets et le Carmel où elle décéda attirent sans cesse de nombreux pèlerins à Lisieux.

L'ajout de Gatineau souligne la situation géographique des lieux et la présence, à proximité, de la rivière Gatineau.

La paroisse a été fusionnée à celle de L’Assomption de Maniwaki en juin 2011.

Plans d’eau

La municipalité est caractérisée par la présence de nombreux plans d'eau sur son territoire : lacs Trente-et-Un-Milles, Beaulieu, Marcelin, Michel et le Grand lac Rond notamment. La présence de ces différents lacs a fait du territoire de la municipalité un lieu de passage qui permettait de passer de la rivière Gatineau au bassin de la Lièvre et jusqu’à l’embouchure de celle-ci sur la rivière des Outaouais, à Masson. Bien avant que Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau ne devienne paroisse, en 1934, ou municipalité, en 1946, un petit hameau avait fait son apparition à l’endroit où l’on quitte la rivière Gatineau pour entreprendre le trajet vers le lac Rond et les autres lacs.

Un premier hameau

Ce petit hameau portait le nom de Petite-Visitation-du-Lac-Rond, pour les Oblats qui le desservaient, ou Crique du Poste, pour les voyageurs et les forestiers qui empruntaient la route des lacs. Les citoyens l’appelaient aussi le « Coin flambant », à cause de la présence d’un vieil hôtel à la réputation plutôt corsée. Ce lieu de passage s’appelait aussi « Lac Bitobig », un nom algonquin signifiant « lac d’où on peut passer à un autre lac ». Les autochtones, bien longtemps avant l’arrivée des premiers explorateurs blancs, fréquentaient ce lieu de passage qui leur permettait de relier la « Pointe Désert », au confluent des rivières Désert et Gatineau, à Maniwaki, et le cours de la rivière du Lièvre. Cet endroit se trouvait là où les limites des municipalités de Bouchette et de Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau rejoignent aujourd’hui la rive est de la rivière Gatineau.

Une destination de choix

La présence de ces beaux plans d’eau a aussi fait du territoire de la municipalité une destination de choix pour les amateurs de plein air, de chasse et de pêche. Plusieurs clubs de chasse et pêche y ont vu le jour, dont le « Sixes Fish & Game Club », en 1904, sur les rives des lacs Rond et Mitchell, ou encore le « Club du lac à Mitchell, en 1931. Aujourd’hui, Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau demeure une voie d’accès importante au majestueux lac des Trente-et-Un-Milles, ainsi qu’un territoire recherché par les villégiateurs, au point où sa population peut tripler durant la période estivale.

Sources :
Maniwaki et la Vallée de la Gatineau, Anastase Roy, 1933
Une rivière qui vient du nord, Louis-André Hubert, 2001
Commission de toponymie du Québec, http://www.toponymie.gouv.qc.ca
Inventaire des lieux de culte du Québec, http://www.lieuxdeculte.qc.ca
Infrastructures Québec, http://www.infrastructures.gouv.qc.ca

Copyright - Tous droits réservés - Sogercom.com

 
 
Conditions d'utilisation             Copyright © Tous droits réservés - Municipalité de Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau

Hébergé et activé par Sogercom.com